Comme des papas
Des petits pots comme à la maison

Les parents rêvent de repas « faits maison » pour leur bébé. Mais ils n’ont pas forcément le temps de les mitonner. Coup de chance : Comme des Papas le fait à leur place ! Emincé de poulet et risotto de poireaux pour les nourrissons de 6 mois, bourguignon de bœuf et écrasé de topinambour dès 8 mois, filet de truite et mousseline de chou-fleur à parti de 12 mois : les recettes sont 100 % « hommes made », conçues et réalisées par les trois jeunes fondateurs, qui se sont rencontrés à l’école hôtelière de Savignac.

L’anti babyfood business

Pourquoi comme des papas ? « Nous avons voulu prendre le contre-pied de l’industrie agroalimentaire et de l’alimentation infantile, qui valorisent beaucoup les mamans », explique Arthur Bégou, l’un des trois fondateurs. S’ils prennent le « babyfood business » à contrepied, c’est aussi et surtout dans leur approvisionnement en produits bio auprès d’un groupement de producteurs locaux, dans l’élaboration de recettes originales élargissant l’horizon gustatif des enfants et dans un mode de cuisson doux, qui préserve les qualités nutritionnelles des matières premières.

Dans l’air du temps

Bio et écolo dans les moindres détails, du conditionnement en pots de verre recyclé à la livraison en véhicule électrique pour les parisiens, Comme des papas est clairement dans l’air du temps. Mais c’est aussi un projet mûri pendant trois ans par les jeunes fondateurs (ils ont tous les trois moins de 26 ans) : le système de livraison (à domicile, en point relais ou sur le lieu de travail) est adapté au mode de vie des parents ; la stratégie de communication assure une présence quotidienne sur les réseaux sociaux.

Made in Val de Loire

Comme des papas n’en reste pas moins une entreprise ancrée sur son territoire : elle vient d’intégrer l’incubateur du pôle agroalimentaire Food Val de Loire, à Contres, et développe des partenariats avec les groupements de producteurs bio de la région Centre, pour assurer la régularité de ses approvisionnements et réduire le nombre des intermédiaires. La production démarre tout juste : d’une capacité de 100 à 300 pots par jour, elle pourra monter très vite en cas de besoin…