On voit le signe « acte manqué » dans le contexte de la psychanalyse. Peut-être serait-il possible d’y porter un regard critique avec le postulat que toute prétention explicative ne rend compte du réel qu’à l’intérieur de son propre langage. ... Appliquer des méthodes du calcul intégral à l'étude de modèles fonctionnels du domaine des sciences humaines. La méthodologie clinique correspond en effet à des questionnements de départ assez larges qui laissent place à la pluralité des points de vue. L'étude de LaPiere montre l'écart existant entre les déclarations verbales et le comportement effectif. Comportement humain et organisation, 4 e édition (2010), de John R. Schermerhorn, Jr., James G. Hunt, Richard N. Osborn et Claire de Billy, éditions ERPI. La classique dichotomie entre le sujet et l’objet tend à être dépassée au profit d’un paradigme esthétique. Pour Anthony Giddens (1987), que l’on peut situer dans l’entrecroisement de ces deux schèmes, les acteurs peuvent presque toujours formuler de façon discursive les intentions et les raisons de leurs actions. Plutôt que la transformation, on vise ici l’équilibre à travers l’ajustement de l’individu à ses rôles. 0 Inversement, on peut discerner une certaine conception du social derrière les théories psychologiques, ce que Robert Sévigny (1988) nomme « une sociologie implicite ». L’individu est déterminé par ses rôles sociaux. Dans cette partie, une analyse du mécanisme de fluage est présentée. Si le récit de vie inclut un mouvement de soi vers les autres, l’écoute de ce récit implique un décentrement disciplinaire vers les autres théories. Il ne s’agit pas de nier le caractère normatif de la vie sociale. Berthelot (1990) avec d’autres auteurs nous a conduits à penser qu’il y a un pluralisme explicatif dans l’intelligence du social. Les faits se reconnaissent alors, si l’on en revient à Durkheim (2004), à leur pouvoir de coercition sur l’individu et existent donc indépendamment des formes individuelles. Nous constatons déjà que ces qualifications du réel ont une incidence sur la configuration de l’individu. Nous pourrions les saisir comme des construits sociaux qui, à leur tour, sont des éléments de construction de l’individu et de la société. Ainsi, il n’est pas rare de constater qu’un empowerment, développé dans l’approche structurelle relevant de la théorie critique, se trouve instrumentalisé dans une approche fonctionnaliste qui prêche le développement de l’autonomie. Il est donc possible de faire une classification des structures. Un pluralisme pragmatique, qui s’apparente d’ailleurs à l’hyperpragmatisme décrit par Rhéaume (2007), se différencie bien sûr d’un empirisme classique mais aussi d’une vision subjectiviste qui ne ferait intervenir que l’expérience immédiate de l’observateur. Les théories behavioristes ne sont pourtant pas entrées dans le symbolisme du langage. Il se trouve que plus l’individu est fortement individualisé, plus il est capable d’entrer en relation. C’est à dire que dans sa dramaturgie interne, dans son monde de chien, il s’adapte à l’autre mais ne peut s’adapter à l’idée que l’humain se fait de lui. Et puisqu’il est logiquement impossible d’éliminer la subjectivité inhérente à toute observation de l’humain, il faut donc introduire cet élément perturbateur, selon certains, comme une composante incontournable de la connaissance. On ne doit évidemment pas comprendre ceci dans sa dimension morale mais bien du point de vue de sa nécessité sociologique dans la construction des rapports sociaux. comportement humain. De la dialectique découle, entre autres, le matérialisme historique de Marx, tandis que le schème actanciel se trouve au coeur de programmes interactionnistes. Le premier s’intéresse à trois perspectives des théories du comportement humain : 1- transformation ; 2- sens ; 3- structure ; le deuxième aspect se penche sur la question de la complémentarité inscrite dans un pluralisme pragmatique ; enfin, le troisième est lié à la construction du rapport clinique. Dans une communication interpersonnelle, l’échange se fait avec des mots mais aussi avec le corps. Il faut aussi prendre garde de limiter la clinique à l’instant de l’acte. La sphère structurelle fait ici place à l’aire sociosymbolique car nous nous situons beaucoup plus sur le plan des croyances, de la subjectivité, des représentations sociales. Ces théories sont produites par leur discipline concernée, soit les domaines psychologique et sociologique. Une relation sera clairement établie entre des facteurs de violence dans l’enfance et l’apparition de la délinquance à l’adolescence. Il s’agit de se préoccuper du lien établi entre l’individu et la société. Le vocabulaire de la théorie cognitivo-comportementale correspond à la gestionnarisation des problèmes sociaux et il est de plus en plus fréquent de le voir utilisé par les gestionnaires eux-mêmes. Informatique [cs]. Je pense, Le vol, le mensonge, la tromperie, l’automutilation et le meurtre font partie de ces attitudes propres à l’homme.Mais comment explique le fait qu’une espèce aussi intelligente Cette interrogation n’a pas pour objet de nous introduire à l’intérieur de chacun des discours et ainsi de livrer un traité complet de ces théories, ce qui serait l’oeuvre d’une vie, mais bien d’explorer en amont comment est socialement configuré l’individu à l’intérieur de ces discours auxquels font largement appel divers intervenants. Une sociologie clinique est à plusieurs égards à distinguer d’une psychologie clinique et fait appel à l’idée plus large d’une sociologie compréhensive. Le développement d’une réflexivité sur la clinique exige une capacité à se mouvoir souplement dans l’univers conceptuel. Moreover, the study of human behaviour is related intrinsically to the study of the subject/object relation. Le problème n’est pas de faire un choix entre ces perspectives mais de se débarrasser de la tentation hégémonique. Par ailleurs, ce n’est pas pour cela que sera nié l’impact des contraintes structurelles. La complexité et l’imprévisibilité du social font ressortir le caractère réducteur des théories du comportement humain dans l’intervention. La clinique ouvre plutôt la voie à un pluralisme pragmatique. Les schèmes fonctionnel, causal et dialectique se trouvent sous la gouverne de l’explication. d’où vient la conscience ; comment comprendre la vie affective ? Vincent de Gaulejac (1999) démontre dans son approche des récits de vie à quel point le territoire familial, la logique des rapports sociaux et les sentiments, tels que la honte, participent à la construction du sujet. Continuité animaux grands singes humains. Ainsi, l’inconscient serait à l’oeuvre non seulement chez l’individu mais dans la société tout entière. Autant dire que chacune des théories possède une connaissance toute relative de l’individu et que celui-ci échappe aux échafaudages théoriques les plus complexes. Cette formulation de Thorndike (1898), citée dans l’ouvrage d’Ovide Fontaine (1978 : 51) sur les thérapies comportementales, constitue le fondement de la théorie behaviorale, plus tard développée par Pavlov (1977) et Skinner (1971). Des recherches démontrent que la transmission intergénérationnelle des secrets et des mythes familiaux est constitutive de l’individu. Il n’est pas du ressort du sociologue de faire la psychanalyse d’un récit de vie mais le clinicien doit savoir que le travail d’élaboration touche à des questions relevant de cette discipline. On établit une distinction entre la méthodologie expérimentale et un principe d’altérité. C’est pourquoi aussi, le rapport à l’autre, inscrit dans chacune de ces théâtralités, dirions-nous, implique toujours une part de savoir et de non-savoir sur l’autre. Il faut donc aussi éviter d’autres excès, qui, au nom d’un relativisme paradoxalement érigé en absolu, limitent les possibilités de compréhensions plus générales. C’est pourquoi les théories du comportement humain, dans leur application clinique, constituent les scénarios d’une véritable mise en scène de soi. Foucault (1988), qui s’intéresse à la folie comme analyseur des significations sociales, procède de cette tradition intellectuelle qui cherche à formaliser le sens. Selon l’approche structurelle, c’est dans les structures de domination justement qu’il faut replacer le problème. Ce langage possède ses règles propres, ses catégories. Cependant, lorsque nous parlons de réflexivité, nous parlons surtout d’une connaissance liée au sens que nous donnons à notre expérience. Cette dernière étudie les comportements des individus et leurs réactions par rapport aux différentes situations données, en d’autres termes, l’étude du comportement du consommateur s’intéresse aux ; sentiments, les actions, les raisons, les motivations, les faits et les gestes des individus. L’individu était alors moins pensé isolément comme il fut traditionnellement représenté dans la cure type psychanalytique, qu’en interaction avec son milieu. On l'utilise notamment en éthologie (humaine et animale) ou en psychologie expérimentale. Pavlov (1977) avait bien fait une distinction importante entre les animaux et l’humain et cette distinction se trouvait dans le langage qu’il a nommé « le second niveau de signalisation ». » (2007 : 59). Il se trouve que le praticien-chercheur et son objet, contrairement à d’autres domaines, sont de même nature, ce qui, il faut bien le dire, complique les choses dans l’explication des comportements. Devereux aura tendance à délimiter les deux domaines en utilisant les notions de dedans pour désigner la psychologie et de dehors pour la sociologie. comprendre les bases évolutives du comportement humain. La réciprocité inscrite au coeur de la clinique limite le caractère contraignant des théories. Le choix des mots importe grandement lorsqu’il s’agit de définir l’individu. 1097 0 obj <>stream L'étude du comportement humain ne constitue cependant pas un terrain vierge proposé soudain à la sagacité des chercheurs scientifiques : voilà plus de soixante ans que beaucoup de psychologues le définissent comme objet d'étude, la «révolution behavioriste» remonte à Depuis un peu plus d’une décennie, les sciences comportementales ont progressivement été appliquées dans le cadre de l’élaboration et de l’évaluation des politiques publiques. La recherche et la sélection des faits ne sont pas objectives. Ce travail ne se résume pas simplement à une introspection psychologique à travers la proposition si courante et qui atteint parfois des sommets de complaisance, « se connaître soi-même », bien qu’il comporte la nécessité d’une connaissance de soi. L’individu pose problème ; il semble bien être l’empêcheur de tourner en rond dans chacun des systèmes conceptuels. Cette complexité peut être réduite dans un travail statistique, duquel, pour plus de commodité, on a choisi de l’évacuer, ou encore dans l’univers feutré du sens où, cette fois, on croit pouvoir faire abstraction des conditions d’existence. De ce point de vue, on peut affirmer sans l’ombre d’un doute que la causalité demeure un schème d’intelligibilité au fondement des théories majeures ces années-ci. ... Comportements d’achats des consommateurs Découvrez les principaux membres de notre équipe Franck Pierrot Ancien commandant d’un Groupe Opérationnel au G.I.G.N Spécialités: Conduite du changement, Cohésion des équipes. Pour Eugène Enriquez (1993), l’inconscient s’inscrit à tous les niveaux du langage. Le sociologisme le plus éloigné des considérations individuelles ne peut se départir d’un discours sur l’individu, ne serait-ce que pour justifier son évacuation de la connaissance comme le fait Durkheim en parlant des « éléments étrangers ». De ce point de vue, la transformation visée par le schème dialectique rejoint ces mêmes structures dont il est question dans le fonctionnalisme. Avant-propos L’éthologie est une science à mi-chemin entre la biologie et la psychologie. Ce qui caractérise l’esthétique ici concerne la régénération du lien social entre deux sujets qui cherchent, en tant qu’élément constitutif de la connaissance. En effet, on s’oppose ici à la théorie systémique qui prétend que l’inceste par exemple est le symptôme d’un dysfonctionnement familial. La quête de soi se joue sous le regard des autres. Nous reviendrons à ce schème qui croise l’herméneutique au sein de divers programmes de la sociologie compréhensive. C’est Marx (1972) lui-même qui écrivait : « Il faut éviter de fixer de nouveau la société comme une abstraction en face de l’individu. The reciprocity inscribed at the core of the praxis of clinical sociology transcends the restrictive nature of the theories. Cependant, dans la pratique institutionnelle, cela peut paraître ironique, ce qui domine sont des représentations qui tendent justement à évacuer le sens. L’article propose quelques pistes de réflexion épistémologique sur la configuration sociale de l’individu à travers les théories du comportement humain au fondement de la recherche et de l’intervention sociale. Elle réfère en tout cas aux normes sociales et au devoir-être qui est en concordance avec ces normes. La clinique sera donc considérée dans son sens large comme modalité particulière d’un rapport sujet/objet. Il a été introduit en psychologie française en 1908 par Henri Piéron comme équivalent français de l'anglais-américain behavior. Dans le premier cas, il s’agit de transformer ces structures coercitives, tandis que dans le deuxième, il est plutôt question de maintenir l’ordre de ces mêmes structures. Ces structures seraient en quelque sorte des ancrages culturels qui peuvent différer d’une culture à l’autre mais qui possèdent certains traits universels. Expliquer l’homme par l’animal le comportement humain a ses bases dans le comportement animal. En effet, elle utilise l’étude de la relation entre les gènes et le comportement des personnes. Estas configuraciones sociales se efectúan entre otras cosas en el lenguaje como modelización de un conocimiento social, según perspectivas señaladas ya sea del neopositivismo, del universo simbólico o también de un proyecto de transformación social. Ainsi une même réalité possède plusieurs points de vue et les résultats dépendent du point de vue de l’observateur. Motif opérant : L’annonce des mises à pied. Voici un fait brut : Julie (38 ans) a fait une tentative de suicide. L’histoire de la folie est bien l’histoire de l’enfermement de ce qui fut exclu. L’inceste est ici expliqué comme étant l’expression du pouvoir mâle sur les femmes et les enfants. Nous sommes ici dans le domaine des représentations et de la pensée symbolique. À son tour, la compréhension fonde les schèmes herméneutique, structural et actanciel. Boris Cyrulnik (1995) constate que son chien ne sait pas mentir. Un scepticisme trop accentué face aux théories prive l’observateur de savoirs, somme toute, susceptibles d’être universalisés. Les analyser nous permet de ne pas répéter des scénarios parfois négatifs. Ce pluralisme se conçoit dans la recherche théorique en postulant qu’il existe une diversité de langages dans la connaissance et que ces langages se constituent comme modélisation d’un savoir social. Obtenir une vue d'ensemble de la dimension humaine des organisations et accroître sa capacité d'analyse et d'intervention auprès des individus, des groupes et des organisations. Cette transformation est comprise comme un processus de dépassement des contradictions vers des niveaux supérieurs. Par conséquent, il n’est pas question de rejeter une analyse dialectique des forces en présence (transformation) ni une équation fonctionnelle du système (structures). L’histoire est traversée de questions fondatrices des sciences humaines. À partir du moment où l’on conçoit le rapport sujet/objet comme étant irrécusablement médié par l’une ou l’autre de ces représentations ou, pour le dire métaphoriquement à la manière de Wittgenstein (2003), par un maillage particulier du filet théorique, c’est donc du maillage du filet lui-même dont il faut s’occuper. Pourtant, ils se présentent comme définitifs, tels des éléments naturels, et sont à la source de conclusions qui semblent indiscutables. BibTeX, JabRef, Mendeley, Zotero, Théories du comportement humain et configurations sociales de l’individu, La clinique comme cadre d’un rapport sujet/objet. Outre Lévi-Strauss (1967), célèbre représentant de ce vaste programme qui établit les structures de parenté par le jeu d’oppositions et de relations entre différents termes, plusieurs observateurs de la famille, notamment dans les milieux psychothérapiques, ont mis en relief l’existence de mythes au fondement des familles, de la transmission intergénérationnelle de certains symboles dont la signification se perd dans la nuit des temps. Elle pose que l’on ne doit étudier les phénomènes qu’à partir de faits observables. Ce travail exigeant consiste à interroger « l’acte de voir » lui-même. La sociologie clinique a d’abord pour objectif de produire du sens sur un phénomène donné dans le but de présenter une connaissance sociologique de ce phénomène. On abandonne ici la croyance en une structure théorique finalisée. Par exemple l’herméneutique sera plus utile dans l’analyse d’une croyance qu’un programme causal. Par ailleurs cette représentation, cet ensemble de symbolisations, sera la matière sur laquelle je vais devoir travailler. Pour Simmel (1992 : 72) : (...) l’âme individuelle ne peut jamais se trouver à l’intérieur d’une relation si elle n’est pas en même temps à l’extérieur de celle-ci. Cette analyse répond aux règles d’investigation classiques et trouve sa preuve dans les faits. Ce travail sur soi-même comme observateur est à la base de l’éthique du rapport à l’autre. C’est là le propre de la présentation de soi au sens où le définit Goffman (1972) et avant lui Simmel (1988). Les acteurs n’ont bien sûr pas accès aux motifs inconscients de leurs actions, c’est pourquoi la question du choix est presque toujours ambiguë. Cette oscillation nécessaire dans l’acte clinique du praticien l’est autant chez l’autre. Ainsi l’observé réagit à mes observations. Ces oppositions s’incarnent inévitablement dans le jeu des pratiques. L'éthologie est l'étude scientifique du comportement des espèces animales, incluant l'humain, dans leur milieu naturel ou dans un environnement expérimental, par des méthodes scientifiques d'observation et de quantification des comportements animaux. La tendance sera de n’en référer qu’à l’opposition entre la transformation et le maintien des structures en évacuant le sens. Le deuxième schème qui fait appel au sens, le mode structural, produit une intelligibilité de comportements dont les significations ne sont pas immédiatement évidentes, restent cachées de prime abord aux yeux de l’observateur. La compréhension mettra plus l’accent sur la compréhension de l’action sociale. L’individu « décentré » devient relatif aux autres et par conséquent la souffrance (la solitude) diminue car prenant moins de place. C’est avec cette transition qu’il faut à présent compter. Le behaviorisme rejette la méthode introspective, lui reprochant de ne s’appuyer que sur le subjectif. Dans le cas d’un être humain, il est possible d’aller au-delà du comportement, et de s’interroger sur Raison de plus pour questionner cette posture lorsqu’il s’agit du domaine du comportement humain. Or, le caractère fondamental de toute science du comportement humain est la réciprocité entre l’observateur et l’observé. La référence aux grands ensembles désigne des systèmes sociaux vastes auxquels le sujet n’a pas accès de façon directe mais qui ont une incidence sur les autres aspects de son existence individuelle et sociale. Par ailleurs, l’étude des théories du comportement humain passe nécessairement par l’étude du rapport sujet/objet. Structure, sens, transformation sont autant de points de vue sur la vie sociale. endstream endobj 1061 0 obj <. Pour cela, il faut être apte à se représenter les représentations de l’autre. L’action, ici, suppose l’agrégation d’actes individuels qui transforment le social. Chaque problème sera donc replacé dans le cadre des grands ensembles : genre, ethnie, milieu d’appartenance, etc. L’action dans ce cas est liée aux rôles sociaux et a plus à voir cette fois avec le schème fonctionnel. L’introduction toujours plus affirmée de l’individu dans toutes les sphères de la vie sociale est à notre avis au fondement de cette nécessaire transformation épistémologique. Par ailleurs, l’élucidation de certaines situations dans un entretien sociologique peut amener le sujet à comprendre sa situation différemment. Loin de disparaître, cette logique domine encore largement aujourd’hui, notamment dans les programmes écosystémiques. Selon l’auteur, l’analyse de l’impact des déterminations sociales est un point décisif pour favoriser une meilleure compréhension du sujet de son expérience individuelle. �&�QV����~�hmswGfqv�!#���[��0�vtt00� �0��-::�n�;B@Z�%�"��L �?�V(&$*�`�az��vD������?L�^��t|m��� �8��l~&�h �D�@Z����l�Y4�s�LA[��" V�8� Qu’on pense à l’épidémiologie, à l’écologie sociale, aux théories comportementales qui donnent le ton à la plupart des interventions cliniques aujourd’hui. L’observateur social a donc affaire à un monde subjectif, dont les conduites sont dotées de sens, construites symboliquement. Quelles sont les catégories utilisées pour parler de l’individu ? Comportement : Nos attitudes, nos réactions, nos comportements en disent long sur qui nous sommes. Ces configurations sociales s’effectuent entre autres dans le langage comme modélisation d’un savoir social, d’après des perspectives qui relèvent soit du néopositivisme, de l’univers symbolique ou encore d’un projet de transformation sociale. L’interprétation sera considérée comme une manière fondamentale d’être au monde. La réciprocité inscrite au coeur de la clinique limite le caractère contraignant des théories. Dans ce contexte, il est peut-être utile ici de reconsidérer l’idée d’une objectivité sans faille. Le rapport à l’autre, inscrit dans la relation clinique, implique une autre tension paradoxale qui est la distance et la proximité. 5 Etudes psychologiques qui expliquent le comportement humain . La reciprocidad inscrita en el centro de la clínica limita el carácter obligado de las teorías. Ainsi, il n’existe pas de différence de nature entre le sens commun et le savoir scientifique puisque tout est interprétation. Tout ce qui se manifeste chez les individus sous forme de tendances, de mobilités psychiques, de conflits constitue en fait la matière brute de la psychologie et de la sociologie. L’approche psychosociale a une compréhension dynamique des problèmes vécus par l’individu. L’individu n’est ni le résultat d’un réseau de variables ou de systèmes physiques, ni seulement le réceptacle d’un ensemble de significations, de représentations et de langages ; il n’est absolument pas seul face au destin et pourtant jamais il n’est complètement agglutiné dans le quotidien. Ces schèmes d’intelligibilité peuvent être regroupés deux par deux et ainsi correspondre à une qualification du réel. Le débat sur ce qui est, ou n’est pas, la psychologie ou la sociologie n’est certes pas dénué d’importance. Jacques Rhéaume pose bien la question : « Comment une épistémologie pluraliste se déploie dans la pratique clinique ? Toute théorie est la traduction des données immédiates de l’expérience en une langue nouvelle. (R.MAYER, 1981). De ce point de vue, il est loin d’être sûr que les théories du comportement humain, dans leur caractère obligatoirement « contraignant » sur l’individu, gagnent complètement la mise. Elle fait référence à des connaissances que l’individu ne peut exprimer verbalement et son niveau dépend de la routinisation qui fonde la sécurité ontologique. Il s’agit ici de ramener l’explication d’un phénomène à sa cause et cette cause à sa conséquence. C’est pourquoi le praticien ne peut concevoir son intervention qu’en tant que pluralisme pragmatique. La psychanalyse et la phénoménologie, par exemple, s’appuient sur cette logique qui cherche à construire un sens. La psychanalyse a fait du transfert et du contre-transfert l’un de ses thèmes majeurs. Le sens revêt les attributs de la signification et s’inscrit dans le collectif plutôt que l’individuel. 3. Cependant, il y manque peut-être la dimension « constructive » de l’individu et des rapports sociaux. La famille, par exemple, est vue comme une totalité non réductible à ses éléments. Ces deux postures épistémologiques font respectivement ressortir d’autres dualités : objectivité et subjectivité ; proximité et distance ; extériorité et intériorité ; structure et sens.