L'affaire Matzneff relance le débat, Dans Le Consentement, Vanessa Springora raconte sa relation avec l’écrivain Gabriel Matzneff lorsqu’elle avait 14 ans et lui la cinquantaine. Vanessa Springora, sort un livre appelé Le consentement (Editions Grasset) dans lequel elle révèle l’emprise qu’avait sur elle l’écrivain Gabriel Matzneff dans les années 80, alors qu’elle n’avait que 14 ans. Vanessa Springora raconte, dans « le Consentement », à paraître en janvier 2020 chez Grasset, comment elle a été l’amante de Gabriel Matzneff à l’âge de 14 ans. L’auteure Vanessa Springora y raconte sa relation traumatisante, à 14 ans, avec cet homme de trente-six ans son aîné, écrivain aux pratiques pédophiles assumées. « Pourquoi une adolescente de quatorze ans ne pourrait-elle aimer un monsieur de trente-six ans son aîné ? Il partage avec elle sa vie parisienne dans le monde littéraire : dîners, théâtre, cinéma, visites, entretiens avec la presse, elle se joint à lui régulièrement[19],[20]. A paraître le 2 janvier prochain, aux éditions Grasset, "Le Consentement" est le récit glacial et autobiographique de la liaison d'un homme de 50 ans qui séduit une jeune fille de 14 ans. Dans cet ouvrage, Vanessa Springora raconte la relation sous emprise qu'elle a entretenue avec l'écrivain pédophile Gabriel Matzneff alors qu'elle n'avait que 14 ans et qu'il en avait 50. Dès le lendemain de sa parution, le parquet de Paris avait ouvert une enquête pour "viols commis sur mineur de moins de 15 ans" à l'encontre de Gabriel Matzneff. « À quatorze ans, on n’est pas censée être attendue par un homme de cinquante ans à la sortie de son collège, on n’est pas supposée vivre à l’hôtel avec lui, ni se retrouver dans son lit, sa verge dans la bouche à l’heure du goûter » écrit-elle[16],[18]. Alors qu'elle a accompagné sa mère, attachée de presse dans l'édition, à un dîner où l'écrivain était présent[10] — le 6 novembre 1985 —, celui-ci la contacte plusieurs fois ensuite[12], l'attend à la sortie du collège[10] presque chaque jour ; elle est alors en classe de quatrième. La création de ce délit est donc postérieure aux faits dénoncés par Vanessa Springora. Dans Le Consentement, Vanessa Springora raconte sa relation avec l’écrivain Gabriel Matzneff lorsqu’elle avait 14 ans et lui la cinquantaine. ASSOCIATED PRESS Vanessa Springora a publié début janvier son livre "Le Consentement", où elle raconte sa relation avec Gabriel Matzneff alors qu'elle n'avait que 14 ans. Aujourd’hui, un procureur se saisirait de ce dossier qu’il y ait ou non plainte. Mais Vanessa Springora a décidé de prendre « le chasseur à son propre piège » en racontant sa relation sous emprise, à 14 ans, avec Gabriel Matzneff, l’écrivain amateur de jeunes filles.. Trente ans après les faits, cette éditrice de 47 ans a voulu l’« enfermer dans un livre », « Le Consentement », qui sort jeudi chez Grasset. Le coup de foudre, la permissivité des adultes autour d’elle, la lente et douloureuse reconstruction liée notamment à la difficulté à se percevoir en tant que victime. ». Elle dit que c’est par l'écriture, alors qu'elle en a été longtemps incapable, qu'elle tente de se réapproprier cette histoire, après avoir souffert de celle des livres de Gabriel Matzneff[20]. Vanessa Springora est la première à témoigner parmi les femmes séduites par Gabriel Matzneff lorsqu’elles étaient adolescentes. Elle y décrit notamment l’emprise qu’avait sur elle l’artiste, Publié le 02/01/20 à 17h47 Mais Vanessa Springora a décidé de prendre "le chasseur à son propre piège" en racontant sa relation sous emprise, à 14 ans, avec Gabriel Matzneff, l’écrivain amateur de jeunes filles. Mais Vanessa Springora a décidé de prendre "le chasseur à son propre piège" en racontant sa relation sous emprise, à 14 ans, avec Gabriel Matzneff, l'écrivain amateur de jeunes filles. En France, depuis 1994, la législation interdit à tout adulte d’avoir des relations sexuelles – même consenties – avec un mineur de 15 ans. « Dans les années 1970-80, l’interdit existait mais on ne voyait pas le mal derrière, analyse Pierre Rosenczveig, ancien président du tribunal des enfants de Bobigny. Dans Le Consentement, l’éditrice Vanessa Springora raconte sur 200 pages comment elle a été séduite à 14 ans par un écrivain célèbre désigné par ses initiales «G. Elle explique que c'est notamment l'obtention du prix Renaudot par Gabriel Matzneff en 2013 qui la révolte et la pousse à écrire[22], souhaitant faire entendre sa version[16]. Les faits décrits dans ce livre remontent à la seconde partie des années 1980, durant son adolescence, et commencent alors qu'elle est âgée de 13 ans et lui de 49[17] : elle reconnait être à l'époque « encore vierge » mais avec « une envie d'aller vers la sexualité »[12]. vanessa springora epub 19th August, 2020 civilization 6 gratuit mac V. var 13, en usikker, sårbar og lidt forsømt pige; G.M. Elle est réalisatrice-autrice en 2003 pour l’Institut national de l’audiovisuel[6], avant de devenir assistante d'édition au sein des éditions Julliard en 2006[7]. « L’idée c’est de graver dans le marbre le principe : si tu touches à un enfant, tu vas aux assises, que tu sois riche ou pauvre, célèbre ou non », insiste Pierre Rosenczveig. En deux cents pages, l’auteure aujourd’hui âgée de 48 ans se réapproprie son histoire. Elle y décrit notamment l’emprise qu’avait sur elle l’artiste, - La fréquentation de 20 Minutes est certifiée par l’ACPM, histoire d’amour et d’emprise avec Gabriel Matzneff, l’argument d’une permissivité liée à l’époque. Dès le lendemain de sa parution, le parquet de Paris avait ouvert une enquête pour "viols commis sur mineur de moins de 15 ans" à l'encontre de M. Matzneff. Faut-il instaurer, comme au Royaume-Uni ou en Belgique, un âge minimum en-deçà duquel toute relation sexuelle entre un mineur et un majeur ne peut être librement consentie et relève automatiquement de l’agression sexuelle ou du viol ? Les premières relations sexuelles[10], elles, arriveront malgré le fait que la jeune fille, âgée de 14 ans alors, n'ait donc pas encore atteint la majorité sexuelle de quinze ans en vigueur en France. Implacable, l'écriture de Vanessa Springora donne la définition juste de la pédophilie. Cent fois, j’avais retourné cette question dans mon esprit. Après le premier tirage, prudent, son éditeur Grasset lance rapidement cinq réimpressions consécutives[32],[33]. 16/10/19 | AU SERVICE DES ENFANTS (3/4), A la brigade de protection des mineurs, le passé ne s’oublie jamais, 17/10/19 | AU SERVICE DES ENFANTS (4/4), La brigade des mineurs peine à sauver «les gamins conditionnés pour voler», 15/10/19 | AU SERVICE DES ENFANTS (2/4), A la brigade de protection des mineurs, les mots d’une enfance brisée, Choix de consentement © Copyright 20 Minutes - La fréquentation de 20 Minutes est certifiée par l’ACPM, Affaire Gabriel Matzneff : Pourquoi la pédocriminalité a été minimisée dans le milieu littéraire français, A la brigade de protection des mineurs, des « cold cases » jamais vraiment froids, Peut-on être consentante à 14 ans ? Dans son livre "Le Consentement", sorti jeudi, Vanessa Springora raconte sa relation sous emprise, à 14 ans, avec l'écrivain Gabriel Matzneff aux pratiques pédophiles assumées. PARIS — L’éditrice Vanessa Springora, autrice du livre Le consentement, ... qui raconte avec force détails comment elle a été séduite à 14 ans par l’écrivain de 36 ans son aîné, a provoqué un électrochoc, mettant en lumière le sujet des violences sexuelles envers les mineurs et la complaisance dont M. Matzneff a bénéficié dans le milieu littéraire parisien. Au bout de trois semaines, l'ouvrage s'est vendu à 75 000 exemplaires[34]. Le projet de loi a finalement été abandonné en cours d’année car il risquait d’être non conforme à la constitution. Pourquoi Vanessa Springora a voulu "enfermer dans un livre" Gabriel Matzneff Dans "Le consentement", l'autrice raconte l'emprise qu'avait sur elle l'écrivain accusé de pédophilie. M.». Les vieux messieurs attirent les enfants avec des bonbons, M. Matzneff les attire avec sa réputation. Elle coordonne parallèlement depuis 2010 la collection « Nouvelles Mythologies », dirigée par Mazarine Pingeot et Sophie Nordmann, pour les éditions Robert Laffont[6]. À l'âge de 14 ans, Vanessa Springora a été sous l'emprise de l'écrivain Gabriel Matzneff. Il commence à écrire à la jeune fille et l'attend à la sortie de son école. Vanessa Springora a mis plus de dix ans pour parvenir à écrire le récit de l’emprise qu’a exercé sur elle le sulfureux écrivain Gabriel Matzneff, quand elle n’avait que 14 ans. Si certains cherchent à avancer l’argument d’une permissivité liée à l’époque, le récit choc de Vanessa Springora pose une question très actuelle :  Elle publie, début janvier 2020, l'ouvrage Le Consentement, dans lequel elle dénonce une emprise de l'écrivain Gabriel Matzneff, qui a commencé avec elle des relations sexuelles alors qu'elle avait 14 ans et lui 49. 45 citations de Vanessa Springora - Ses plus belles pensées Citations de Vanessa Springora Sélection de 45 citations et phrases de Vanessa Springora - Découvrez un proverbe, une phrase, une parole, une pensée, une formule, un dicton ou une citation de Vanessa Springora issus de romans, d'extraits courts de livres, essais, discours ou entretiens de l'auteur. Monsieur Finkielkraut nous explique sur LCI que Vanessa Springora, à 14 ans, était « consentante », qu’il ne s’agit « pas de pédophilie » et qu’il ne s’agit « pas d’un viol ». A l’époque, néanmoins, le code pénal réprimait « l’attentat à la pudeur sans violence » sur un mineur de quinze ans et prévoyait une peine de trois à cinq ans. Le sociologue spécialiste de l'histoire de la pédophilie Pierre Verdrager affirme que l'ouvrage marque un « tournant majeur » dans la perception de la pédophilie en France, désormais condamnée universellement ou presque[29],[30],[31]. Vanessa Springora est la première à témoigner parmi les femmes séduites par Gabriel Matzneff lorsqu'elles étaient adolescentes. Pourquoi Vanessa Springora a voulu "enfermer dans un livre" Gabriel Matzneff Dans "Le consentement", l'autrice raconte l'emprise qu'avait sur elle l'écrivain accusé de pédophilie. La parution du premier roman de Vanessa Springora, nouvelle directrice des éditions Julliard, provoque un séisme dans le secteur du livre. L'ouvrage obtient un retentissement médiatique[24] international avant même sa parution[25], posant la question de la pédophilie, de la pédocriminalité[26] et s'interrogeant sur le milieu littéraire français des années 1980[27]. À l’époque des faits, Vanessa Springora en a 14, Matzneff, lui, 50. En décembre 2019, elle est nommée directrice des éditions Juillard[8],[9]. Vanessa Springora rencontre Gabriel Matzneff en 1986 lorsqu'elle accompagne sa mère à un dîner professionnel. Mais elle sait que quelque chose ne tourne pas rond. histoire d’amour et d’emprise avec Gabriel Matzneff – qu’elle ne cite jamais – pendant près de deux ans. « Quel que soit le crime ou le délit, le principe de base de notre justice est de prouver la culpabilité, explique Céline Parisot, la présidente de l’Union syndicale des magistrats. Alors qu’elle vient d’avoir quatorze ans, V. s’offre à lui corps et âme. (Marguerite Bornhauser) Mais comment ces filles s'en sortent-elles ensuite ? L’USM de son côté avance l’idée d’introduire un âge minimal sans forcément le lier à une notion d’automaticité. L'ouvrage est supposé avoir autant d'importance dans le milieu littéraire en France que le témoignage d'Adèle Haenel pour le cinéma[10],[28]. Dans un récit circonstancié et implacable paru le 2 janvier, Sans voir qu’elle était mal posée, dès le départ. peut-on être réellement consentante à 14 ans . L'Express parle « d'un récit sans concession sur son expérience avec le romancier »[10]. ». « Mais, en fait, notre activité principale, c'était le sexe » explique-t-elle[21]. Vanessa Springora, née le 16 mars 1972[1], est une éditrice, écrivaine et réalisatrice française. Implacable, l'écriture de Vanessa Springora donne la définition juste de la pédophilie.A quatorze ans, on n'est pas censée être attendue par un homme de 50 ans à la sortie de son collège, on n'est pas supposée vivre à l'hôtel avec lui, ni se retrouver dans son lit, sa verge dans la bouche, à l'heure du goûter. Vanessa Springora est la première à témoigner parmi les femmes séduites par Gabriel Matzneff lorsqu'elles étaient adolescentes. Elle aurait pu rester anonyme. », Situation personnelle, parcours et éditrice, « À quatorze ans, on n’est pas censée être attendue par un homme de cinquante ans à la sortie de son collège, on n’est pas supposée vivre à l’hôtel avec lui, ni se retrouver dans son lit, sa verge dans la bouche à l’heure du goûter », « Mais, en fait, notre activité principale, c'était le sexe », « d'un récit sans concession sur son expérience avec le romancier », Le film reçoit le prix Jeunesse en 2005 à Traces de Vies – Clermont-Ferrand (France) et est sélectionné en 2004 au FIFF-Festival international de films de femmes - Créteil (France), « M. Matzneff me semble pitoyable. Mais Vanessa Springora a décidé de prendre "le chasseur à son propre piège" en racontant sa relation sous emprise, à 14 ans, avec Gabriel Matzneff, l'écrivain amateur de jeunes filles. La parution du premier roman de Vanessa Springora, nouvelle directrice des éditions Julliard, provoque un séisme dans le secteur du livre. La dernière modification de cette page a été faite le 6 décembre 2020 à 10:41. À la suite de ces révélations, l'association Innocence en danger demande à ce que les ouvrages de Gabriel Matzneff soient retirés de la vente[35], alors que Vanessa Springora s'est elle-même exprimée contre cette action[36]. Quand, en l’occurrence, on a ressenti du désir pour cet adulte qui s’est empressé d’en profiter ? C’est le principe d’« atteinte sexuelle sur mineur », punissable de sept ans de prison et de 100.000 euros d’amende. L'écrivain loue une chambre d'hôtel à proximité et Vanessa Springora néglige alors le collège [10]. 10 000 exemplaires sont écoulés en trois jours et l'ouvrage atteint immédiatement la première place des ventes « Essais-Documents », la deuxième place en format Kindle sur Amazon, et la troisième place sur Amazon toutes catégories confondues. https://www.babelio.com/livres/Springora-Le-Consentement/1189295 https://www.marieclaire.fr/vanessa-springora-gabriel-matzneff,1334397.asp Par la suite, il a lui-même retracé la relation avec Vanessa Springora dans le récit La Prunelle de mes yeux[14], volume de son journal paru en 1993[15], qui couvre la période allant du 13 mai 1986 au 22 décembre 1987[14], mais « avec sa version des faits »[12], « du point de vue du chasseur » selon Vanessa Springora[16] ; elle se voit à l'époque n'être qu'« une proie vulnérable » soumise à une prédation à la fois « sexuelle, littéraire et psychique »[12]. Du "Consentement", livre de Vanessa Springora, L'Express et Le Monde racontent une folie du siècle dernier : quand Gabriel Matzneff, pédophile avéré, fut adulé et protégé dans Paris. Elle précise qu'à l'époque, elle était « consentante », ce qui l'a empêchée d'aller en justice alors que le statut d’écrivain de Matzneff l'aurait longtemps protégé[23]. Pour contourner la difficulté soulevée par le conseil d’État, l’ancien président du tribunal des enfants de Bobigny, ardent défenseur de la cause, préconise de faire de l'atteinte sexuelle pas un simple délit mais un crime. « La question du consentement est subjective, il faut se placer sur le terrain des faits en créant un âge minimum en-deça duquel ces relations relèvent des assises », estime-t-il. On est au milieu des années 1980, l’écrivain jouit d’un certain prestige pour ces ouvrages sulfureux, l’adolescente, elle, se débat avec ses démons : mal dans sa peau, délaissée par son père, isolée…, Dans Le Consentement, paru ce jeudi, celle qui est aujourd’hui directrice des éditions Julliard raconte son modifier - modifier le code - modifier Wikidata. L'affaire Matzneff relance le débat, JUSTICE Dans Le Consentement, Vanessa Springora raconte sa relation avec l’écrivain Gabriel Matzneff lorsqu’elle avait 14 ans et lui la cinquantaine. On était dans une période de consécration de la liberté, on ne voyait pas ses usages pervers. La sortie de ce livre met en lumière auprès du grand public les agissements de Matzneff, qui les développait pourtant longuement dans ses livres depuis plusieurs décennies, et provoque un scandale retentissant sur ses soutiens culturels, politiques et médiatiques. Quant à l'écrivaine québécoise Denise Bombardier, qui avait déjà publiquement réagi contre les agissements à caractère pédophile de Gabriel Matzneff lors de l'émission de télévision Apostrophes diffusée en mars 1990[37],[38],[n 3], elle salue un « livre remarquable, courageux, d’une écriture chirurgicale »[40]. Dans un livre à paraître le 2 janvier, l’éditrice Vanessa Springora décrit la relation qu’elle a eue dès 14 ans avec l’écrivain Gabriel Matzneff, qui en avait 50. Dans Le Consentement, l’éditrice Vanessa Springora décrit comment, à 14 ans, elle est tombée sous le charme d’un prédateur, habile à piéger ses proies, l’écrivain Gabriel Matzneff. Dès le lendemain de sa parution, le parquet de Paris avait ouvert une enquête pour «viols commis sur mineur de moins de 15 ans» à l’encontre de M. Matzneff. Gabriel Matzneff dénonce le «coup de poignard» de Vanessa Springora. Pendant des années, je me débattrai moi aussi avec cette notion de victime, incapable de m’y reconnaître. Ce n’est pas mon attirance à moi qu’il fallait interroger, mais la sienne. Ce dernier n'a jamais caché son penchant pour les très jeunes adolescents ou les enfants : déjà en 1974[n 2], il écrit un essai titré Les Moins de seize ans, publié chez Julliard et « mode d'emploi pour les pédophiles » d'après Springora[12], abordant sa relation avec un garçon de douze ans, ses habitudes de tourisme sexuel, ainsi que d'autres turpitudes[13]. L'écrivain loue une chambre d'hôtel à proximité et Vanessa Springora néglige alors le collège[10]. peut-on être réellement consentante à 14 ans ? Vanessa Springora est élevée par une mère divorcée[2]. Quelque temps après, la Brigade des mineurs est alertée par lettres anonymes puis Vanessa Springora est admise à l'hôpital des enfants malades[20]. Dès le lendemain de sa parution, le parquet de Paris avait ouvert une enquête pour "viols commis sur mineur de moins de 15 ans" à l'encontre de Gabriel Matzneff. "Le Consentement", ou le récit terrible de Vanessa Springora qui, à 14 ans, a vécu une relation d'emprise avec l'écrivain Gabriel Matzneff, 50 ans. L'écrivain s'éprend alors de l'adolescente, qui n'a que 14 ans, et sa fascination tourne à l'obsession. « Avant même sa sortie, le 2 janvier, le livre de Vanessa Springora « Le Consentement » (Grasset, 216 p., 18 euros) a provoqué une déflagration dans le milieu littéraire et bien au-delà. Vanessa Springora ne parle pas de viol dans son ouvrage, mais décrit comment elle s'est retrouvée sous l'emprise d'un homme de 36 ans son aîné. A plusieurs reprises ces dernières années, souvent au détour de faits divers, le débat a été posé. Vanessa Springora ne parle pas de viol dans son ouvrage, mais décrit comment elle s'est retrouvée sous l'emprise d'un homme de 36 ans son aîné. Son père, qu'elle décrit comme absent dans Le Consentement, meurt en janvier 2020[3]. Société Peut-on être consentante à 14 ans ? — Mis à jour le 02/01/20 à 17h47, « Comment admettre qu’on a été abusé quand on ne peut nier qu’on a été consentant ? », Dernière modification le 6 décembre 2020, à 10:41, Escuela Internacional de Cine y Televisión, « Vanessa Springora annule “La Grande Librairie” à la suite du décès de son père », https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Vanessa_Springora&oldid=177333256, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence. », En 2018, l’exécutif avait réfléchi à instaurer cet âge minimum. Dans un avis rendu en mars 2018, les Sages ont notamment estimé que l’automaticité de l’âge minimum de non-consentement allait à l’encontre de la présomption d’innocence. Vanessa Springora signe un livre très fort dans lequel elle raconte s’être retrouvée à 14 ans sous l’emprise de Gabriel Matzneff, l’écrivain accusé d’actes pédophiles. Après une scolarité au collège Jacques-Prévert, puis au lycée Fénelon, à Paris, et deux années en classes préparatoires, Vanessa Springora obtient un DEA de lettres modernes à l’université Paris-Sorbonne[4],[5]. https://www.babelio.com/livres/Springora-Le-Consentement/1189295 » Et la magistrate de préciser : « Le droit n’est pas la morale, ils peuvent parfois se rencontrer mais pas toujours. Il nous raconte dans son livre ennuyeux qu'il sodomise des petites filles de 14 ans. A 14 ans, V. est amoureuse. Très rapidement, au bout de quelques jours après sa sortie, le livre est déjà un succès de librairie. Vanessa Springora est la première à témoigner parmi les femmes séduites par Gabriel Matzneff lorsqu'elles étaient adolescentes. Vanessa Springora y raconte cette emprise : "Pour prendre le chasseur à son propre piège, il … Les premières relations sexuelles [10], elles, arriveront malgré le fait que la jeune fille, âgée de 14 ans alors, n'ait donc pas encore atteint la majorité sexuelle de quinze ans en vigueur en France. » Vanessa Springora n’a même pas 14 ans lorsqu’elle rencontre Gabriel Matzneff, presque quinquagénaire, au cours d’un dîner mondain auquel sa mère l’a entraînée. Malgré ce revers juridique, les militants et défenseur de cette cause espère que le témoignage de Vanessa Springora ou avant elle, d’Adèle Haenel, relancera le débat. Même si l’enfant est très jeune, même si cela semble évident, il faut apporter la preuve de la contrainte morale. Vanessa Springora a indiqué dans un entretien au Parisien qu'elle n'envisageait pas de porter plainte. Séduite ado par un célèbre écrivain, Vanessa Springora raconte L'ouvrage est rapidement un succès de librairie. L’auteure Vanessa Springora y raconte sa relation traumatisante, à 14 ans, avec cet homme de trente-six ans son aîné, écrivain aux pratiques pédophiles assumées. Dans son livre intitulé Le Consentement, paru chez Grasset le 2 janvier 2020, Vanessa Springora décrit, en le désignant par ses seules initiales[n 1], l'emprise qu'a eue l'écrivain Gabriel Matzneff[11] sur elle. La polémique ne cesse d’agiter les réseaux sociaux depuis quelques jours.