In&motion
La protection high tech

« L’innovation technologique peut aussi révolutionner la protection des hommes et des équipements » : c’est le postulat des trois jeunes ingénieurs Arts et métiers qui ont fondé In&motion, spécialiste des systèmes de protection intégrés et intelligents.

Il faut croire qu’ils ont vu juste : leur gilet airbag a été porté par les trois champions français de ski cross médaillés d’or, d’argent et de bronze (triplé historique !) lors des Jeux olympiques d’hiver de Sotchi, en février 2014. Depuis, Rémi Thomas, Valentin Honoré et Pierre-François Tissot ont décroché une autre médaille : le Prix 2015 du jeune ingénieur créateur.

Dépasser les limites en toute sécurité

L’idée a germé dans la tête de Valentin Honoré en 2011 : mettre au point des systèmes de protection intelligents pour aider les sportifs à repousser les frontières de l’exploit tout en limitant les risques. C’est ainsi qu’il a développé, avec la Fédération française de ski, le premier « airbag ski cross », un gilet airbag intégré dans la combinaison des skieurs.

Aujourd’hui, In&motion développe ce gilet airbag comme une plateforme technologique intégrant les différents savoir-faire de la startup, aussi bien au niveau technique qu’au niveau du design au service de l’utilisateur. Cette plateforme a été conçue afin d’être dupliquée dans d’autres secteurs comme le VTT de descente ou les deux roues motorisés.

Complémentarité

Valentin Honoré –qui a quitté son poste de consultant en performances industrielles- a été rejoint par deux camarades de promotion aux compétences et aux missions très complémentaires : la stratégie et les finances pour Rémi Thomas, qui a travaillé pendant sept ans au département fusions-acquisitions de la banque Lazard, les relations commerciales et le marketing pour Pierre-François Tissot, ex-chef de marché Europe du leader mondial de la fibre de verre.

L’entreprise n’a réellement démarré qu’à l’automne 2014, mais les trois associés ont travaillé à temps plein pendant un an avant de se lancer. Ils sont aujourd’hui installés dans la pépinière Galileo, qui regroupe de jeunes entreprises innovantes à vocation industrielle dans le bassin d’Annecy.

Engagement territorial et sociétal

« Cette implantation leur permet de bénéficier des filières locales ayant un lien direct avec leur activité, observe Gyl Coppey, rapporteur sur ce dossier pour le Comité Initiative remarquable, qui attribué un prêt d’honneur Initiative remarquabke de 25 000 € à ce projet. Notamment les équipementiers industriels, les sous-traitants et les laboratoires de recherche réunis au sein du Cluster Outdoor Sport Valley. » Au-delà de cette dimension territoriale, le Comité a apprécié l’engagement sociétal de l’entreprise « dont le fondement même est de faire progresser l’accidentologie. »

Trou dans la raquette

Ces 25 000 € ajoutés au 75 000 € de prêt d’honneur accordés par la plateforme Initiative Grand Annecy ont permis aux entrepreneurs de boucler un premier tour de table de 250 000 € en utilisant l’effet de levier. « Notre activité démarre bien, explique Rémi Thomas. Mais nous avons besoin d’investissements supplémentaires pour accélérer le développement et arriver sur nos différents marchés dans les 24 prochains mois. Les montants nécessaires sont trop élevés pour les investisseurs de type Business Angels/Love Money mais trop faibles pour intéresser les fonds d’amorçage plus institutionnels au regard de la jeunesse de notre startup », regrette le jeune financier, qui a eu l’occasion d’évoquer ce problème de « trou dans la raquette » lors de sa rencontre avec François Hollande le 21 mai dernier, durant les 30 ans d’Initiative France.