Les Délices de Mady
La première compote toute aux fraises

Producteur et négociant en fraises de Dordogne depuis plus de 30 ans, Christian Pineaud a eu l’idée de valoriser ses surplus en produisant une compote constituée d’au moins 85 % de fraises, sans aucun additif et avec très peu de sucre. Innovant au plan gustatif, puisque toutes les compotes de fraise du marché sont coupées à la pomme, c’est aussi un projet économique et écologique :  "Cela nous a permis de recruter 5 équivalents temsp plein, sans être dépendant des variations saisonnières" explique Christian Pineaud, qui trouve là le moyen de valoriser des surplus précédemment voués à la vente à perte.

Financement et accompagnement

Il a donc eu besoin de financement : près de 450 000 € pour créer un laboratoire et mettre en place le cycle d’exploitation. « Initiative Périgord m’avait déjà soutenu lorsque j’ai lancé mon activité, il y a 12 ans, se souvient Christian Pineaud. J’avais alors pu apprécier la qualité de l’accompagnement qui m’a été apporté. Je me suis donc une nouvelle fois tourné vers cette plateforme, qui m’a accordé deux prêts d’honneur de 16 000 €, dont un au titre d’Entreprise remarquable. » Les 410 000 € restants ont été financés sur fonds propres (155 000 d’apport personnel et de subventions) et par un prêt bancaire de 255 000 € sur 15 ans.

Prêt pour la « saison »

Le bâtiment de 500 m2 est sorti de terre. « Nous sommes maintenant en phase d’installation du matériel, explique Christian Pineaud. Tout doit être prêt pour le lancement de la saison, fin avril. » En attendant, Les délices de Mady produisent des séries de 400 kg de compote par jour dans un laboratoire d’AgroTech, à Agen, « ce qui nous permet tout juste d’approvisionner quatre cantines scolaires du département ! » Il est donc temps de passer la vitesse supérieure…

Développements en vue

Christian Pineaud souhaite en effet élargir ses canaux de distribution en ciblant les cantines, les hôpitaux et les maisons de retraite (qui apprécient la qualité des produits et l’emballage « zéro déchet » en poches d’1kg), mais aussi les enseignes alimentaires et les épiceries fines.

Pour se faire connaître et valoriser la marque, Les délices de Mady adhèrent à l’Association des producteurs du 24, à l’Institut du goût et à la marque Saveurs du Périgord. « Nous voulons sortir des limites de notre Périgord, explique Christian Pineaud. Le regard des conseillers d’Initiative France nous porte vers une ambition moins locale. »