Yonberg
Un bijou technologique

Il y a l’harmonica que les boyscouts sortent de la poche de leur short pour animer les soirées au coin du feu. Et puis il y a Yonberg : un bijou technologique mis au point par Jean-Claude Bibollet. Inventeur et musicien, il a voulu perfectionner cet instrument dont le design, les performances acoustiques et l’ergonomie n’ont guère évolué depuis sa naissance, au milieu du 19 ème siècle.

16 titres de propriété industrielle à l'international

Inventeur ayant déjà déposé une trentaine de brevets dans des champs d’activité très différents - de la raquette à neige Inook aux outils de jardin multifonctions Yorg -, Jean-Claude Bibollet a décidé il y a cinq ans de se pencher sur son instrument de musique de prédilection : il a mis au point un harmonica dont le concept repose sur deux capots très rigides prenant en étau le sommier et les deux porte-lames, évitant ainsi toute fuite d'air entre ces différents éléments. La configuration des canaux internes de circulation d'air a, quant à elle, été spécialement étudiée pour accélérer les flux d’air par effet Venturi et obtenir une puissance sonore optimale. L’ensemble est protégé par quatre familles de brevets qui ont généré seize titres de propriété industrielle à l'international .

Made in Haute-Savoie

Viscéralement attaché à sa Haute-Savoie natale, Jean-Claude Bibollet produit localement, à Thônes. Toutes les pièces sous-traitées sont réalisées dans la région Rhônes-Alpes.

Seules, les lames sont fabriquées par un partenaire allemand, Seydel, qui est le plus ancien fabricant d'harmonica au monde. Seydel produit environ 170 000 harmonicas par an avec 25 salariés. « L’objectif de Yonberg à 5 ans est de produire au moins 25 000 harmonicas, ce qui nous permettrait d’avoir un impact significatif sur l’emploi local », explique le chef d’entreprise.

Synergies

De grands musiciens de tous horizons (jazz, blues, rock, country ou musiques du monde) ont essayé et approuvé l’harmonica Yonberg. Alors que sa commercialisation vient tout juste de débuter, « les réactions sont unanimement positives, se félicite Jean-Claude Bibollet : les musiciens apprécient le son, le design et le démontage très facile de leur instrument ce qui facilite grandement son entretien et ses réglages. »

La marque doit maintenant se faire connaître : « Nous venons de lancer un mailing auprès des magasins d’instruments de musique, des associations d’harmonicistes et des festivals spécialisés. L'optimisation de notre site Internet et une présence accrue sur les réseaux sociaux devraient également doper notre notoriété. »

International

Le chef d’entreprise a investi près de 500 000 € dans le développement de sa technologie. Il en a auto-financé la moitié, et obtenu 60 000 € de prêt d’honneur du réseau Initiative France, dont 20 000 € au titre d’Initiative remarquable. « Nous avons été séduits par ce dossier original, innovant et fortement ancré sur son territoire tout en ayant des ambitions internationales, explique Céline Fourcade, rapporteure du comité d’Initiative remarquable. Bien que le potentiel export ne soit pas considéré comme un critère d’attribution du label Initiative remarquable, nous avons trouvé intéressant d’associer l’image de notre réseau à un tel projet. »